Le coup droit

Le coup-droit est le coup qui se prête le mieux et le plus facilement à la réalisation des principes de base. Toutefois, il ne faut pas oublier que la position de certaines parties du corps lors de la réalisation de ce mouvement vous permettrons d’optimiser au mieux ce mouvement.

Problèmes spécifiques rencontrés dans un coup-droit

Le coup-droit est vraiment le coup pour lequel l’application des principes est le plus facile. La seule chose qui peut poser un petit problème pour les débutants, c’est le passage du bras, donc, la deuxième partie du coup. Il ne suffit pas simplement de frapper dans la balle pour faire en sorte que celle-ci passe de l’autre côté du filet. Il faut également effectuer un passage du corps vers l’avant après la frappe qui vous permettra d’être plus puissant mais également beaucoup plus précis.

La préparation

Lors de la préparation d’un coup droit, le bras doit être bien en arrière afin de faire un mouvement long et ample.  L’objectif doit être de pouvoir tourner le corps à environ 90° par rapport à la ligne de fond. Le coude doit être le plus en arrière possible et vous devez sentir vos 2 omoplates se rapprocher. Les pieds doivent être en position semi-ouverte et les hanches de profil par rapport au filet. Hormis des balles très excentrées et donc très difficiles à récupérer, il est vraiment important de ne pas être de face au moment de la frappe. Tout le corps est prêt à ajuster le coup droit afin de frapper la balle en étant le plus dynamique possible.

Chaque élément du corps doit suivre le reste du mouvement. Lorsque l’on s’apprête à frapper une balle, on ne peut pas se permettre d’avoir des muscles qui ne sont pas sous tension. Même le bras que vous n’utilisez pas doit être mobile et tendu sans quoi votre frappe risque de perdre de sa vivacité.

Le mouvement et l’impact

Lorsque vous frappez la balle : Le corps effectue alors une rotation de 100° pour se remettre parallèle à la ligne de fond. L’impulsion de la rotation viendra principalement des jambes. Lorsque le corps est au ¾  par rapport au filet, le bras part. Le tronc commence sa bascule vers l’avant lorsqu’il est arrivé presque de face. A ce moment-là, la jambe arrière doit maintenir l’équilibre de l’ensemble de votre corps.

La jambe, en se dépliant, va également pousser le corps vers l’avant. En le faisant s’incliner vers l’avant. Donc, l’action de la jambe arrière est cruciale pour que cette bascule soit contrôlée.

Dans un premier temps, quand le corps a tourné de 25°, on effectue une pronation avant du bras qui va avancer l’avant-bras de 15 à 20 cm. Cela permettra d’allonger la course du bras, qui est légèrement limitée.

Une fois le corps tourné au ¾  de face, le bras entame son mouvement vers l’avant. On ne l’entame qu’à ce moment-là, parce que sa course étant relativement limitée, il vaut mieux ne commencer le mouvement qu’un peu avant l’impact. Dans le cas contraire, on risquerait de frapper après la fin du mouvement du bras.

L’accompagnement

Vous finissez avec le corps ayant basculé à environ 35° par rapport au sol. La jambe droite est restée en arrière afin de faire contrepoids à la bascule du tronc et donc, de garder l’équilibre. Les épaules sont perpendiculaires au filet, le bras est complètement remonté. Comme on le voit très souvent sur les joueurs professionnels, la pronation du bras vers l’avant a été totale.

Les commentaires sont fermés.